Devenez un véritable artisan de l'Antiquité

Arkéocité propose une multitude d'ateliers gallo-romains, ateliers qui permettent d'appréhender les gestes et techniques de nos ancêtres.
Chaque atelier est une invitation à la découverte d'un métier et d'une histoire. A l'issue de chaque activité, les participants repartent avec leur création.
 

 

Mosaïque

Un peu d’art gallo-romain avec la mosaïque.

→ Créez vous aussi votre propre mosaïque ; un peu de colle, de jolis carreaux de mosaïque, une touche de créativité puis un peu de joint pour fixer le tout et le tour est joué !

La mosaïque, art romain par excellence, est très présente à l’époque gallo-romaine. Réalisée avec des fragments de pierre et de galets ainsi que du mortier, elle permet la création de motifs précis et variés : formes géométriques, scènes figuratives inspirées de la vie quotidienne ou de la mythologie.
La mosaïque a alors une fonction décorative mais est également utilitaire puisque les surfaces pavées sont faciles à nettoyer et très solides. On en trouve de plus en plus dans l’architecture privée, prenant place dans toutes les pièces et dans l’architecture publique, notamment dans les thermes.

 

Modelage

Soit une lampe à huile ou un gobelet en argile, à la façon d’un potier gallo-romain.

→ Cet atelier vous permet de créer, à la façon d’un potier gallo-romain, une lampe à huile décorative grâce à un moulage ou un gobelet décoratif en utilisant la méthode du « colombin ».

Soit un jouet en argile représentant un cavalier, ancêtre de notre voiture à roue.

→ Cet atelier vous permet de créer un véritable jouet gallo-romain mais aussi de comprendre comment s'amusaient les enfants sous l'Antiquité.

Les différents chantiers de fouilles archéologiques entrepris sur Varennes-sur-Allier depuis des années, ont donné lieu à l’exhumation de très nombreux tessons de céramique et de terre cuite. En effet, c’est un produit périssable, qui se casse ou s'abîme, et il était donc fréquemment renouvelé. De plus, le fait que la céramique soit cuite lui permet d'être conservée très longtemps dans le sol. La céramologie est donc une discipline très importante en archéologie. Elle est utilisée à des fins de datation mais aussi pour comprendre les courants commerciaux, les échanges qui s'effectuaient entre les différentes régions de l'Empire et par delà ses frontières.

 

Bijoux

Soit une fibule gallo-romaine.

→ Fidèle aux techniques utilisées par nos ancêtres, cet atelier permet la découverte de cet objet antique oublié qui avait pour vocation de maintenir les vêtements.

Soit un bijou en métal repoussé.

→ Choisissez entre la mode gauloise ou romaine  selon le motif de votre futur bijou en feuille de cuivre. 

Les populations se singularisent par le port de parures, plus ou moins précieuses selon le niveau social : or, argent, bronze, fer, perles de verre ou de bois, terre cuite.
Les archéologues se servent de ces bijoux pour dater les vestiges puisqu’ils sont souvent retrouvés sur des lieux d’habitation ou dans des tombes ; parmi eux : le torque (collier rigide en forme d’anneau), les bracelets et les fibules (sortes d’épingle à nourrice servant à épingler les vêtements).

 

Tissage

Un atelier qui vous donnera du fil à retordre !

→ Créer votre propre pièce de tissus gallo-romain à l'aide d'un métier à tisser

Ces modestes objets de bois ou de roseau sont des outils essentiels de la vie quotidienne durant l’Antiquité. Filage et tissage représentent deux des activités principales de l’activité domestique. La confection des tissus, pour les vêtements aussi bien que pour l’ameublement, est, dans la majorité des cas, effectuée à la maison, par les femmes de la maison.

 

Frappe de Monnaie

Place à la monnaie.

→ Cet atelier vous permet de découvrir les différentes étapes à la fabrication de pièces de monnaie. A la façon d’un bronzier ou d’un orfèvre, frappez votre propre monnaie, grâce aux coins gravés de motifs gaulois. Attention aux doigts de l’animateur !

Avant l’apparition de la monnaie, c’est le troc qui était utilisé pour faire des affaires.  C’est vers 330 que les gaulois commencent à frapper leur propre monnaie ; d’abord copie des monnaies romaines, les motifs sont vite inspirés de la culture celte avec des figures humaines ou animales (souvent le sanglier ou le cheval) et des formes géométriques. Après la conquête romaine, seule la monnaie romaine était utilisée.